Les maladies cardiovasculaire

6082011

L’activité physique est le principal facteur d’amélioration des personnes souffrant de maladies cardiovasculaire. Les effets sont directs (baisse de la fréquence cardiaque) ou indirect( baisse de la pression sanguine). Toute pratique sportive commence par une évaluation centrée sur l’épreuve d’effort. Ensuite le mode, la durée, la fréquence et l’intensité de l’effort définiront la pratique physique. Les exercices en résistance apportent un bénéfice sur les maladies cardiovasculaire.
La progressivité des contraintes, la planification d’objectifs réalisables, l’accompagnement sont des facteurs d’adhésion et reste le moteur d’une base saine pour la pratique d’une activité physique.




Les maladies chroniques

6082011

Le contexte sociale, la qualité nutritionnelle des aliments, les progrès de la technologie ont bien modifié nos comportements, notre hygiène de vie. Le constat est telle qu’il faut lutter contre la sédentarité et prévenir les risques de maladies. C’est pourquoi, les bénéfices d’une Activité Physique et Sportive (APS) ne sont plus à négliger et sont un des facteurs non négligeable à prendre en compte pour notre capital santé.

Les bénéfices d’une Activité Physique et Sportive (APS)

- Améliorer le fonctionnement de votre cœur et de votre circulation sanguine.
- Maintenir la force, le tonus musculaire et prévenir les chutes chez les personnes âgées.
- Entretenir le moral et le bien-être.
- Réguler la glycémie (le taux de sucre dans le sang) et les niveaux de cholestérol.
- Lutter contre le surpoids et l’obésité.
- Prévenir l’ostéoporose.
- Diminuer l’apparition de certains cancers.
- Prévenir certaines déficiences mentales liées à l’âge.

L’activité physique et sportive allonge la durée et la qualité de vie.

Améliorer sa santé par le sport c’est possible

L’activité physique et sportive a démontré scientifiquement son intérêt dans de nombreuses pathologies :
- Hypertension artérielle.
- Asthme et affections des poumons.
- Obésité.
- Taux de cholestérol.
- Diabètes de type I et de type II.
- Ostéoporose.
- Dépendances (alcool, tabac, …).
- Dépressions.
- Cancer du colon et cancer du sein.

Néanmoins, n’hésitez pas à prendre l’avis de votre médecin, c’est lui en particulier qui vous délivrera le « certificat de non contre-indication à la pratique sportive ». Cet avis médical est le départ pour une prise en charge et la programmation des activités thérapeutique.

http://www.sentezvoussport.fr




Le surpoids, l’obésité

5082011

L’obésité est un facteur de risque de plusieurs maladies chroniques (dyslipidémies, diabète de type II, maladie cardiovasculaires dont hyper-tension-artérielle.) Elle détériore l’image de soi et l’estime de soi, sources de diminution de qualité de vie. Le manque d’activité physique est la cause principale de l’augmentation de la prévalence de l’obésité. Cette lutte est une priorité chez les jeunes sachant que 40% des enfants et 70% des adolescents obèses le restent à l’âge adulte.
La régularité et la progressivité d’une pratique d’activité physique sont essentielles pour observer des changements chez l’individu (poids, amaigrissement) et est toujours associée à une prise en charge nutritionnelle.
Réduire les apports caloriques et augmenter l’activité physique, ce contrat parait si simple et pourtant nécessite un accompagnement pour l’ancrer durablement dans votre vie en y associant bien sûr une notion de plaisir.




Le vieillissement

5082011

La participation à un programme régulier d’exercices physiques est une intervention efficace pour réduire ou prévenir les diminutions fonctionnelles associées au vieillissement. L’entrainement en endurance engendre une diminution de nombreux facteurs de risque cardiovasculaire. Une bonne force musculaire contribue à maintenir une meilleur capacité fonctionnelle. L’activité physique chez les sujets avançant en âge est, certes loin d’améliorer la performance, mais source de bien être, d’intégration et de réduction des facteurs de risques de maladie. Il n’est jamais trop tard pour débuter une activité physique et il y aura toujours un bénéfice ne serait ce que pour maintenir une certaine autonomie et améliorer votre qualité de vie.




Le diabète de type II

5082011

C’est une maladie fréquente parmi les adultes de plus de 40 ans ayant un mode de vie sédentaire et une alimentation déséquilibrée. Le diabète de type II se caractérise par une glycémie élevée qui se développent sans bruit altérant par la suite la qualité de vie et sont sources de handicaps et d’incapacités. L’activité physique peut jouer un rôle de médicament car elle à la capacité à diminuer l’hyperglycémie. Une alimentation adéquate à également une perspective de prévention.
L’activité physique quotidienne, par ses besoins musculaires en énergie retarde ou empêche la survenue des complications du diabète.
Mais il est nécessaire d’individualiser la prescription de l’activité physique : l’intensité et la durée sont déterminés après un bilan de tolérance à l’effort. L’importance de la régularité de la pratique de l’entraînement, sa progressivité, ses séances adaptées sont un gage de sécurité pour le pratiquant et en plus de l’équilibre glycémique, améliore les facteurs de risques et la survenue d’évenements cardiovasculaire.




La grossesse

5082011

En cas de grossesse normale, la pratique physiques ou sportives ne peut être que bénéfique pour la femme enceinte. Tous réside dans le dosage de la durée et l’intensité des exercices notamment au cours du premier trimestre. En cas de diabète gestationnel, les activités physiques et sportives ne doivent pas être déconseillées car elles ont un réel intérêt thérapeuthique.




L’ostéoporose

5082011

L’activité physique influence favorablement le contenu minéral osseux et la micro-achitecture, sachant que les exercices d’endurance à impact et d’intensité élevée sont plus efficaces que ceux à faible intensité. Lors de l’enfance et de l’adolescence, la pratique sportive multi-activités avec importante mise en charge est à recommander. Chez l’adulte l’activité physique régulière et fréquente permet le maintien de la masse osseuse. Après la ménopause chez la femme et chez l’homme âgé, la prévention des chutes est une priorité.
Sans aucune contre-indication, il est important d’associer de la gymnastique d’entretien, du travail en résistance et de l’équilibre pour prévenir l’ostéoporose.




L’asthme

5082011

La définition de l’asthme s’appuie sur trois critères essentiels, la présence d’une inflammation des voies aériennes, d’une hyperréactivité bronchique (resserrement des bronches) et de symptômes respiratoires liés à une obstruction bronchique. Il existe différents stades de gravité.
La pratique de l’activité physique est fortement recommandée chez les personnes asthmatiques car elle participe au même titre que les médicaments à la prise en charge thérapeutique. Recommandé également chez tout enfant asthmatique sous réserve de respecter certaines précautions. La pratique sportive améliore la capacité physique, permet une meilleur tolérance à l’effort et favorise la diminution de la sévérité des crises.
Les bénéfices sont multiples allant jusqu’à réduire les consultations médicales voir des hospitalisations.




L’arthrose

5082011

Le sport intensif est une cause de développement de l’arthrose par contraintes et hypersollicitations. En revanche le mouvement articulaire et les contraintes de l’articulation (sans excès) sont essentiels pour nourrir le cartilage. L’activité physique est utile pour maintenir un capital cartilagineux fonctionnel au même titre qu’une diminution de la douleur et de la raideur articulaire. Il convient de privilégier des activités physiques en décharge, de choisir le choix du sol ainsi que le type de la pratique sportive pour que l’activité soit compatible avec la pathologie.







Tout sur le dauphin à Sévérac |
Tournoi Entreprise - Phelma... |
Sportive en herbe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saint Affrique Natation
| AA-Sport
| NTIRANDEKURA Innocent